Mon sophrologue est-il un ravi de la crèche ?

Hélas, je me dois de répondre par l’affirmative !

Non pas que ton sophrologue soit con comme un balai, mais plutôt qu’il a sur-développé un muscle particulier : l’optimisme invétéré. Et que ce dernier peut te paraître, cher client, très déplacé alors même que tu viens consulter car : tu as une folle envie de te pendre, tu n’arrives plus à bander, tu es à deux doigts de flinguer ton ado rebelle, ton mari vient de te quitter, le doute t’habite, ta vie part en vrille… Bref, que tu as vraiment besoin d’un bon coup de sophrologie !

Et d’avoir envie de mettre un pain à ton sophrologue quand il te propose de « déplacer le négatif » et d’ « inspirer le positif ». Car a priori, ces compétences-là te semblent inefficaces pour résoudre tes problèmes.

C’est là qu’intervient le principe d’action positive  !

Ce principe est tellement essentiel qu’il est le premier des « 4 principes » de la sophrologie qui fondent la méthode (avec les 3 lumières et les 4 piliers – rien que pour le vocabulaire, on sent que le fondateur de la méthode était encore sous l’influence de son voyage de noces à Goa).

L’action positive consiste à bombarder ta conscience avec de bonnes vibes pour que celles-ci se répercutent vers tous les éléments de ta personnalité. Je ne m’attarde pas dessus car j’en ai déjà parlé dans une note précédente.

Pourquoi ton sophrologue insiste-t-il tellement sur le positif ?
Mais c’est pour mieux rééduquer ta conscience, mon enfant !

L’évolution nous a câblés pour éviter la douleur : nous avons tout un arsenal de sensations désagréables voire douloureuses qui nous maintiennent en vie sur cette planète : douleurs (tableau de bord physiologique), peur (anti-danger), colère (anti-invasion), tristesse (anti-statu quo), stress en tous genres (alerte de difficultés à résoudre et recherche de solutions)… Notre cerveau est sur-adapté pour capter tout signe négatif. Tellement bien d’ailleurs que la moindre contrariété est anticipée, amplifiée… Souvent à tort.

Nous avons oublié que nous sommes également câblés pour rechercher le plaisir. C’est pourquoi, si ton sophrologue ne t’interdit pas de sentir la dureté de la chaise sous tes fesses pendant l’exercice, il te demandera de sa voix suave de te focaliser prioritairement sur les sensations POSITIVES. Afin de réactiver tout un panel de sensation agréables, confortables, délicieuses, délicates, joyeuses, sympathiques, souriantes, légères, inspirantes, aimantes…

Nous avons la capacité de regarder la bouteille à moitié pleine (même si naturellement, nous avons tendance à la voir à moitié vide).  De voir la vie «  »à travers des lunettes roses ». Il suffit de le choisir et d’entraîner ce prisme résolument optimiste, grâce à la sophrologie notamment, mais d’autres méthodes surfent sur cette vague ( 3 kifs par jours, J’arrête de râler…) si vous n’adhérez pas à la méthode (car peut-être aviez-vous un sophrologue psychopathe ?).

C’est pourquoi, je te donne le choix, chèr(e) lecteur(se), comme exercice de sophrologie tout-terrain cette semaine :

  1. la méthode Ally McBeal, du nom de cette série américaine déjantée, où l’un des associés du cabinet d’avocat utilisait sa « thérapie du sourire » : plusieurs fois par jour, prenez 1 minute pour sourire largement (un vrai sourire, avec la bouche ET avec les yeux – pensez à un truc drôle si nécessaire). Laissez tout votre visage se faire envahir par ce sourire, sentez votre tête sourire, votre cerveau sourire… Si vous avez le temps, laisser le sourire se propager au reste du corps.
    Pour reprendre vos activités, après cette pause flash, gardez l’empreinte du sourire sur vos lèvres et affichez ce visage rayonnant à tous les gens que vous croisez.
    Epidémie de sourires et de bien-être assurée.
  2. La méthode Thxthxthx : chaque jour, vous allez écrire un petit mot de remerciement à quelque chose, à quelqu’un, à quelque concept.
    Merci à Christie qui m’a fait découvrir ce site (thxthxthx.com) et dont je reproduis un exemple ci dessous.

Un sophrologue honnête ne niera pas que la vie est dure. C’est la Vie ! Mais quels que soient les stress, les épreuves, les drames, les horreurs qu’elle contient, nous avons la capacité de voir le « sunny side of the street« , l’adret, le soleil derrière les nuages et la fleur qui pousse sous le tas de fumier. Car ils sont toujours là, même quand on ne les perçoit pas. Et ce bênet de sophrologue sera toujours là pour débarbouiller les carreaux de tes lunettes roses !

Bons exercices, tout sourire !

A la prochaine et prenez soin de vous !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s