De Caramba à Eurêka (3/8) : Sauve qui peut !

Mes chouchous d’amour,

 

Cette semaine a été dramatique pour moi. J’ai perdu mon plus fidèle compagnon : mon smartphone.
J’ai beaucoup pleuré.  De rage.  Contre ma connerie.  Car je n’avais jamais pris la peine de sauvegarder quoi que ce soit sur le « Nuage », ni de le synchroniser sur mon PC…

J’ai eu la chance de perdre 98% des informations
qui façonnent mon quotidien.

La chance ? Oui, car c’est l’occasion de faire un nettoyage drastique – façon Ecuries d’Augias- au sein de ma liste de contacts, de l’historique de mes (trop nombreux) sms, des milliards de photos inutiles dans ma galerie photo, etc… Car c’est parfois bon de repartir de zéro pour ne rester focalisé que sur l’essentiel.

Cette mésaventure m’a donc inspiré l’exercice de cette semaine :

Listez TOUS les objets qui sont importants pour vous.
Quel UNIQUE objet sauveriez-vous en cas d’incendie ?

pilar lopez feuilleton été 2014 sophrologie pompier sexy

Mais pourquoi vous nous demandez ça, Pilar ?

Parce que …

  • Ces objets vous appartiennent-ils vraiment ?
    Les avez-vous choisis vous-même ? Ou sont-ce des choses dont vous avez héritées ou que l’on vous a offertes ?
    On ne possède que les objets que l’on aime vraiment, dont on prend soin et que l’on utilise. L’incendie est peut-être un bon moyen de se débarrasser du superflu et de ces objets qui ne vous correspondent plus…
    ;
  • Au delà de la valeur financière ou sentimentale de l’objet, nous associons une valeur -au sens axiologique du terme- à chacun d’entre eux (Beauté, amour, pragmatisme, spiritualité, travail, efforts, temps …).
    Quelle valeur particulière associez-vous à ces objets ? Quel besoin ces objets nourrissent-ils chez vous ? Qu’apprenez-vous de vous en regardant la liste exhaustive avec un peu de recul ? De quoi avez vous le plus besoin dans la vie ?pilar lopez feuilleton été 2014 sophrologie je ne vais pas prendre cette photo sauver l'essentiel
    ;
  • Savez-vous comment a été fabriqué chacun de ces objets ? A partir de quelles matières premières ? Dans quelles conditions ? Savez-vous comment cet objet sera détruit/recyclé une fois l’usage que vous en avez sera terminé ? Prenez conscience de votre ignorance (resp. savoir) et remédiez-y (resp. Bravo !).
    Etes-vous un « bon » consommateur ?
    (* je vous laisse apprécier le sens du bon)
    ;
  • La valeur de chaque objet est elle cohérente avec votre propre système de valeurs ?
    Quels objets allez-vous jeter ? Sinon quelles valeurs allez-vous devoir renier ou foutrement assouplir ?
    (Je rappelle qu’un smartphone utilise des métaux rares polluants à extraire puis à éliminer et font travailler des êtres humains loin de votre propre pays, dans des conditions pas toujours bonnes et qu’ils doivent être changés tous les 2 ans en moyenne pour peu que vous ne suiviez pas la mode.) pilar lopez feuilleton été 2014 sophrologie keep your values clear sauver l'essentiel
    ;
  • Prioriser, c’est choisir. Choisir, c’est mourir un peu. Normalement, vous devriez tergiverser pour identifier l’heureux élu…
    Des objets se font-ils concurrence dans votre coeur ? Quels critères nouveaux (en plus de l’urgence due à l’incendie) devez vous ajouter pour rendre le choix facile ? Plutôt logiques ou plutôt « tripesques », ces critères ?
    pilar lopez feuilleton été 2014 sophrologie c'est de la triche sauver l'essentiel;
  • Parce que je tiens à vous, moi !  Si ce drame arrive un jour (l’incendie), vous saurez exactement quoi prendre sans perdre de temps et vous pourrez sauver votre peau plus rapidement.
    ;
  • Une fois que vous avez lancé la machine à penser, ne l’arrêtez pas et notez toutes les prises de consciences qui ne manqueront pas de surgir….

pilar lopez feuilleton été 2014 sophrologie keep your values clear je vous veux contact num téléphone sauver l'essentiel

Blague à part, j’ai vraiment perdu TOUTES les coordonnées de mes contacts.
Merci de m’envoyer les vôtres -si vous souhaitez qu’on reste ou qu’on devienne amis- à mon adresse mail contact@pilarlopez.com.

 

Excellente semaine à vous, mes Lamborghinis en sucre.