De caramba à Eurêka (5/8) : Aimez-vous les uns les autres, mais vous par dessus tous les autres..

Mes chéris-chéris,

 

Cette semaine, j’ai besoin de voir des gens rouler du cul et/ou des mécaniques dans la rue. (NDLR : oui, moi aussi j’ai des lubies)
;
Du coup, je vous propose l’exercice suivant :

 

Lister 15 choses que vous aimez de vous même
sur le plan physique.

 

"Si j'étais moi, je me draguerais !"

« Si j’étais moi, je me draguerais ! »

Mais pourquoi vous me demandez ça, Pilar ?

Parce que…

 

  • Oui, on a tous plein de défauts. Mais aussi plein de qualités.
    Prenez le temps de vous y arrêter et de les comptabiliser (vous avez le droit d’en trouver plus de 15… Abondance de biens, ne nuit pas).
    Imaginez que vous allez être Miss Août dans la page centrale de Playboy ou Mister August dans le calendrier des pompiers/rugbymen/hommes d’affaires. Comment allez vous mettre encore plus en valeurs vos atouts, coquinou/coquinette ?
    ;

    Les morues adorent ma coupe de cheveu. in "Der VissermannkenKalender 2013"

    « Les morues adorent ma coupe de cheveux »
    Mister  Février 2013 du « Der VissermannkenKalender »

    ;

     

  • Pourquoi ces caractéristiques vous sont agréables ?
    Est-ce qu’on vous a toujours complimenté sur ces traits (éducation)  ?
    Correspondent-ils à des canons de beauté (environnement culturel) ?
    Est-ce que vous avez hérité de traits d’un ancêtre adoré ou avez vous une ressemblance avec une star de ciné ?
    Improvisez-vous morpho-psychologue -uniquement en version positive : quelle BONNE image de vous-même en découle ?
    (NB : Si les mots « noblesse de caractère« , « intelligence débridée » et « bonté universelle » ne vous viennent pas spontanément à l’esprit, vous avez tout faux. Recommencez l’exercice !)
    ;

    "J'adore mes yeux. On dirait la Twingo 1."

    « J’adore mes yeux. Je ressemble à la Twingo 1. »

    ;

  • Voyez comment tous vos sens vous permettent d’en profiter ?
    La vue (vous êtes belle/beau à regarder), le toucher (vous êtes douce/doux à caresser), l’ouïe (vous êtes agréable à écouter), l’odorat (vous êtes délicieux/se à renifler), le goût (vous êtes à croquer)….
    N’oubliez pas les sensations intra-corporelles : peut-être est-ce purement merveilleux de sentir vos biceps se gonfler sous l’effort, sentir vos poumons se remplir et se vider, écouter votre corps battre quand vous vous vous bouchez les oreilles, sentir la transpiration traverser la peau, joie de faire pipi/caca (si, si, nous autres sophrologues avons un large éventail de critères de bonheur vital : du concréto-pragmatique au spiritualo-éthéré…)
    Aimez-vous de l’extérieur et aussi de l’intérieur.
    ;

    Quand je cours le 110 m perche, j'adore sentir le vent me chatouiller les ... oreilles. (c) Groland - Les vieux du stade

    « Quand je cours le 110 m perche, j’adore sentir le vent me chatouiller les … oreilles »
    (c) Groland – Les vieux du stade

    ;

  • Les goûts et les couleurs, ça s’apprend.
    Vous ne voyez pas (ou trop peu) ce qu’il y a d’attrayant/charmant/sexy/beau/joli/agréable/positif en vous ?
    Imaginez la plaidoirie que l’avocat de la défense de votre corps opposerait à l’accusation de votre cerveau. Obtenez de lui non seulement l’acquittement, mais aussi des dommages et intérêts pour vous maltraiter de la sorte et la standing ovation du jury.
    Le simple fait que vous soyez qui vous êtes est un accomplissement : devenez le critique d’art qui adoooooore le chef-d’oeuvre que vous êtes.
    Si vous avez réussi à aimer les endives cuites/la bière, vous devriez pouvoir aimer votre corps !
    De quels cours de rattrapage auriez-vous besoin ? Ventre tout mou doux, gros nez de travers visage expressif, jambes en poteau puissantes… ?

    "Wahou, trop belle !"

    « Wahou, trop belle ! »

    ;

  • La beauté est une illusion d’optique.
    Comment est votre posture (énergique) et votre port (de reine) ?
    Est-ce que vous vous habillez en fonction de votre taille ou de votre morphologie ?
    Indépendamment de la forme de votre corps, comment l’incarnez-vous ? Quelles parties de votre corps avez-vous désertées (vous ne voulez plus ni les voir ni les ressentir)  ou sur-investies (vous ne pensez qu’à elles quand vous marchez dans la rue) ?
    Photoshopez-vous gratuitement et naturellement : la prochaine fois que vous bougez, imaginez que vous êtes votre sex-symbol préféré (Daniel Craig, Gisèle Bündchen, Barack Obama, Angela Merkel, Gandhi, Bob l’éponge ou Dracula…) et incarnez à votre façon (n’imitez pas !)  l’énergie (pas le style, ni les paroles : l’énergie, j’ai dit !)  du personnage.
    Comment vous sentez-vous ? Que ressentez-vous ?
    ;

    pilar-lopez-coach-sophrologue-audrey-hepburn-incarner-energie-aimez-vous

    NDLR : Vite, je me laisse pousser les sourcils !

    pilar-lopez-coach-sophrologue-cary-grant-incarner-energie-aimez-vous

    NDLR : Vite, une douche froide !

    ;

  • Une fois que vous avez lancé la machine à penser, ne l’arrêtez pas et notez toutes les prises de consciences qui ne manqueront pas de surgir….

 

A vos marques !  Prêts ? Chantez !

Comme Nathalie Wood dans West Side Story !


;

Je vibre du bonheur fondant
d’avoir les lecteurs de blog
les plus burning hot et yummy-sexy
de la Terre.

;
;

A la semaine prochaine, mes canons-bombasses.

De Caramba à Eurêka (2/8) : Retour vers le futur.

Mes chéris d’amour,

Avez vous fait quelques prises de conscience sonnantes et trébuchantes la semaine dernière sur la façon dont vous occupez votre temps ? J’espère que vous penserez à « congratoulieren » tous vos amis allemands pour leur victoire à la Coupe du Monde. Je me charge de consoler Messi…

Cette semaine, je vous propose l’exercice suivant :
;pilar lopez feuilleton été 2014 sophrologie enfant feux d'artifice vivement que je suis grand

Listez 30 choses que vous avez/êtes/faites maintenant
et qui réjouiraient l’enfant de 8 ans que vous avez été.

(et pour ceux qui en ont besoin : les instructions sont ici)

Mais pourquoi vous nous demandez ça, Pilar ?

Parce que…

  • l’intérêt de cet exercice est de vous mettre à hauteur d’enfant.
    Si je vous demande de lister tout ce que vous trouvez agréable dans votre vie, vous allez récolter des réponses d’adultes avec des critères de réussites d’adultes. L’objectif est de raviver votre référentiel de compétences enfantines complètement loufoques. A l’époque, le bonheur futur était synonyme de manger des pizzas tous les soirs, avoir du poil aux jambes, mettre le rouge à lèvres de maman sans se faire gronder ou de se coucher à l’heure que l’on veut.
    ;pilar lopez feuilleton été 2014 sophrologie enfant feux d'artifice fini les brocolis
    ;
  • L’un des charmes de l’enfance est de s’ennuyer et de vouloir grandir au plus vite . Pensez à toutes les frustrations de votre enfance et prenez conscience de TOUT ce que vous pouvez désormais faire que vous ne pouviez pas à l’époque (faute d’autorisation, de capacités ou de moyens).
    Quelles marges de liberté vous reste-t-il encore à conquérir ?
    ;pilar lopez feuilleton été 2014 sophrologie enfant feux d'artifice bottes de cowboys et gros nénés
    ;
  • Regardez l’enfant que vous étiez regarder l’adulte que vous êtes avec des yeux brillants d’admiration. Ressentez pleinement cette joie. Félicitez le d’avoir eu la patience de devenir vous.
    ;
  • Ca vous fait quoi d’être votre fan number one/role model en même temps ?
    Célébrez en vous offrant quelque chose de délicieusement régressif (Champomy, Nutella, sucette Pierrot Gourmand ou toute une boîte de Haribo, un Légo…)
    ;pilar lopez feuilleton été 2014 sophrologie enfant adulte

;
Aujourd’hui, c’est le 14 juillet. Filez vite ! Un pompier (ou une pompière) vous attend pour guincher collé/serré au bal de la caserne. Amusez-vous bien et embrassez-le/la (goulûment) de ma part….

Je vous souhaite une excellente semaine, mes chouchous.

De Caramba à Eurêka (1/8): « Toi, la chochotte : que fais-tu de ta misérable existence ? »

Mes chéris,

;

je ne veux pas moisir ce post avec les instructions que je préconise pour que ça fasse pop/wizz/fuck !/a-ha/holy shit/Halleluyah ! dans vos têtes, mais si jamais elles vous intéressent, cliquez ICI et revenez lire la suite de l’exercice.

;

En ce moment, j’entends beaucoup de monde dire « Ouh, lala ! j’ai le temps de rien faire en une journée ! le temps passe trop vite… »
(prise de conscience de type « Caramba ! J’en rame pas une »  comme Slowpoke Ramirez, le cousin glandeur de Speedy Gonzalez. L’avantage de Slowpoke, c’est que lui n’a aucun sentiment de culpabilité…)

Slowpoke est tellement crevado, qu'il n'a même pas la force de parler...

Slowpoke est tellement crevado, qu’il n’a même pas la force de parler…

;

Pour prendre conscience de votre « crévaditoude » réelle ou supposée, voici l’exercice de cette semaine :

Chaque soir, avant de vous endormir,
listez 50 choses que vous avez faites aujourd’hui.
(oui, oui, j’ai bien dit 50 et des réalisées/faites/réussies)

 

Ca commence mal...

Ca commence mal…

;

Vous avez le droit de mettre des choses insignifiantes (au 1er abord), comme :  j’ai réussi à respirer sans tousser pendant 2 heures, j’ai joué avec je me suis fait griffer les mollets non stop par mon chat pendant 30 secondes, j’ai mangé ci ou ça, … ou à plus fort enjeux (que tu crois), comme : j’ai parlé pendant 15 minutes à telle personne,  joué 30 minutes avec mes enfants, rédigé 4 propositions commerciales, enquillé 5 RDV, sauvé le monde,  etc… N’oubliez pas vos prises de consciences : j’ai découvert que… , imaginé que…., compris que…,

;

Mais pourquoi tu nous demandes ça, Pilar ?

Parce que…

  • on ne vit pas la vie que l’on vit, on ne vit que la vie dont on se souvient. L’intérêt de l’écrire en fin de journée, c’est de vivre AU MOINS 2 fois plus.
    ;
  • l’exercice peut paraître ardu au début, mais avec un peu de persévérance, vous allez affiner votre échelle de temps.
    A la place de vous souvenir de gros blocs (matin, midi, aprèm’, soirée…), vous devriez parvenir à couper les secondes en 4 et zoomer sur des actions que vous avez réalisées « à l’insu de votre radar ». A durée égale, votre vie devrait se densifier…
    ;
  •  OUI – vous faites bien plus de choses que vous ne voulez vous l’accorder.  Alors obligez vous à en mettre le plus possible. (et OUI ! glander est une saine activité (pour tous ceux qui ont mis : dormir, faire la sieste, glander, paresser, lézarder, s’abrutir devant la télé, etc…). Une action basse dans votre échelle de valeur est une action quand même.
    ;
  • Il est impossible de ne RIEN faire et TOUT a du sens. Prenez de la hauteur par rapport à votre liste : comment classez vous vos activités ? Combien d’entre elles vous procurent du plaisir ? vous emmerdent ? … A quoi sert ce que vous faites – surtout les trucs qui ne servent à rien- : pour vous, pour les autres ? …etc…
    ;
  • Une fois que vous avez lancé la machine à penser, ne l’arrêtez pas et notez toutes les prises de consciences qui ne manqueront pas de surgir….
    ;

 A partir de demain,
comment allez vous passer votre journée
pour qu’elle soit meilleure que la veille,
HEIN ?
;

Sinon, la prochaine fois que je vous vois, je vous saluerai à la manière de Saint Benoît  « Toi, la chochotte !  Que fais tu donc de ta misérable existence ? »

A regarder pour vous inspirer, le très génial TED Talk de Nigel MARSH.
(Changez le chien par le chat  : vous aurez ma journée idéale…)

 

Vos découvertes sont les bienvenues en commentaire de ce post.

Je vous souhaite une excellente semaine, mes adorés.

De « Caramba ! » à « Eurêka ! » : un feuilleton de l’été 2014 spécial « prises de conscience ».

Mes amours adorés,

ce n’est pas parce que j’ai délaissé la tenue de mon blog ces derniers mois, que j’allais vous priver du feuilleton de l’été 2014 et du plaisir sans cesse renouvelé pour moi de partager avec vous des exercices simples qui font « bouger sans avoir l’air d’y toucher ».

J’avais l’intention de vous proposer un été très chaud et slow suite à mon interview « Slow sex » dans le Psychologies Magazine du mois d’avril dernier, mais vous auriez pu vous imaginer que ne pense qu’à  l’amour et au business. (Pour lire l’article, cliquez sur l’image !)

Ce qui ne serait pas tellement loin de la vérité.

couverture Psychologies Magazine Avril 2014 feuilleton été 2014

Donc pour cette année, j’ai préféré vous laisser dans les mains indélicates expertes des supplément estivaux des magazines féminins pour savoir quelle graine de salope ou quel horrible coquin vous êtes. Promis, dès que j’ai un angle pas trop racolleur, ni indécent intelligent à vous proposer pour explorer votre sexualité, ce sera la fête du slip sur ce site.

 

J’ai plutôt envie de profiter de nos retrouvailles pour partager avec vous ce qui me passionne vraiment dans la vie : la prise de conscience. Vous savez, ce moment bizarre quand deux neurones se touchent et que les yeux de leur propriétaire s’éclairent d’un « shiny glow » qui vous indique que leur vie ne sera désormais plus jamais comme avant.

La prise de conscience et le Louxor : j’adoooooore !

Mon métier, en tant que coach et thérapeute, est de vous amener le plus rapidement possible de la prise de conscience « Caramba !«   à la prise de conscience « Eurêka !« , en passant par les étapes juste nécessaires et suffisantes entre les deux pour que vous atteignez vos objectifs, réussissiez vos projets et votre vie !

la route au trésor : une succession de prises de conscience et de passages à l'action

La route du changement : une succession de prises de conscience et de passages à l’action

 

Caramba et Eurêka, alpha et oméga de la prise de conscience

Pour moi, Caramba et Eurêka sont l’alpha et l’oméga de la prise de conscience en termes de changement :

  • « Caramba ! » : nous prenons conscience que nous avons un problème. On est englué dans une situation où l’on se sent souvent impuissant, démuni… Je vous invite personnellement à toujours vous réjouir d’une prise de conscience de type « Caramba ! » : c’est la 1ère étape vers la résolution du problème en question.
Illustration Speedy Gonzalez tout content d'avoir un problème.

(* si, si, Speedy G. a vraiment cet accent…)

 

  • « Eurêka ! » : nous prenons conscience que nous avons le pouvoir et les capacités pour le résoudre. On devient « acteur/créateur » de sa vie. Cette prise de conscience résulte d’un changement de perception de soi et permet d’agir sur le monde.
Le cocktail à superposition : une application innovante du principe d'Archimède.

Le cocktail à superpositions : une application innovante du principe d’Archimède.

 

Entre les deux, il y a une infinité de prises de conscience possibles.

Il y a une infinité de chemins et d’étapes entre un Caramba ! et un Eurêka !
En vrac dans la liste suivante non exhaustive, quelques exemples de prises de conscience…
(attention : les dénominations suivantes n’ont rien de standardisées et n’engagent que ma propre perception de mes prises de conscience)

  • la « holy shit ! » ou « aaaaaah ! tout s’explique », version modérée de la prise de conscience de type « Halleluyah !« 
  • la « whaaaaaat ?! » ou « je ne savais pas, mais maintenant je sais »
  • la « fuck me ! » ou « je croyais que j’avais compris, mais en fait, non » (version démotivante du « caramba » : on a pris conscience qu’on continuait à répéter un comportement toxique alors même qu’on a déjà dépensé une petite fortune chez son psy pour traiter ce point !)
  • la « putain, c’est génial ! » ou l’art de s’émerveiller…
  • la « bingo bingo bang bang » ou « je viens d’avoir une idée, vite je la note avant de l’oublier ! »
  • la « shibap waouh blop wizz  » : quand on s’émerveille de ses bonnes idées….
  • la … (Il y en a une infinité, vous dis-je !)
Newton Rubrique à Brac

La prise de conscience peut être combinatoire ET douloureuse.

 

Votre mission, si vous l’acceptez….

Voilà votre mission -si vous l’acceptez : cet été, cheminez chaque semaine avec l’exercice que je vous proposerai (le plus souvent des listes à faire, je vous expliquerai pourquoi) et avancez, au rythme de vos illuminations, petites et grandes, vers une nouvelle conscience de vous-même et du monde

prise de conscience ampoule  wizz Pilar LOPEZ Sophrologie feuilleton été 2014 prises de consciences

La prise de conscience est multiple, diverse et plurielle. J’espère vous en provoquer beaucoup. A vous de les expérimenter en conscience tout cet été –la prise de conscience de la prise de conscience n’est pas de la haute voltige, rassurez-vous !– et de profiter de tous les bénéfices qu’elles vont vous apporter en connaissance de vous-même et de passage à l’action pour réussir votre vie, maintenant et demain.

prise de conscience aurore aube ben ça alors Pilar LOPEZ Sophrologie feuilleton été 2014 prises de consciences

 

PS : KOUÂ ?! Vous avez raté les feuilletons de l’été précédents ? Pas de souci, voici la page de rattrapage avec TOUS les exercices depuis 2010.

 

 

Changer pour rester soi-même 8/8 : Votre dessin magique

Bienvenue sur le dernier article de la série « Changer pour rester soi-même ».

J’espère que vous aurez eu autant de plaisir à lire ces articles et à réaliser les exercices que j’en ai eu à vous les proposer.

La surprise, c’est qu’aujourd’hui, je n’écris pas : je parle !

Je vous propose l’exercice que j’ai enregistré lors de la soirée des ESSCAIENNES du 9 juillet dernier.

  1. Prenez le temps de vous installer au calme pendant les 12 minutes de l’exercice.
  2. Laissez vous guider par l’enregistrement.
  3. Appréciez tout ce qui vient de très positif.

Il n’y a rien a réussir, juste à laisser venir les images, les sensations et toutes les bonnes surprises qui sont susceptibles de se manifester.
Et si l’exercice vous « parle » particulièrement, vous pouvez même le télécharger sur votre PC ou iTruc préféré pour le refaire quand vous le souhaitez.

Pour terminer,  je vais me « taire des doigts » pour mieux faire travailler les vôtres. Je vous propose un bonus : un « dessin magique » qui n’apparaît que lorsque vous aurez relié tous les points ! Vous pouvez le télécharger et l’imprimer ici ==>CADEAU BONUS !

Merci du fond du coeur de m’avoir suivie tout au long de ce feuilleton de l’été 2012.

On se retrouve la semaine prochaine avec le PROGRAMME DES ATELIERS 2012-2013 !

D’ici-là, soyez présents, soyez vivants et prenez bien soin de vous. (oh que oui !)

Je vous embrasse.

Pilar.

PS : N’oubliez pas de mettre en commentaires la/les prise(s) de consciences que vous aurez faite(s) pendant l’exercice.