Coach pride

Mon Karma facétieux s’obstine à joncher mon parcours de personnes ayant un a priori négatif sur le coaching. Sur un air narquois ascendant j’ai-un-vrai-métier-moi-madame, on me donne du

« Ah ouais… t’es coach ? »

Soit ils n’ont jamais eu recours au service d’un coach, soit ils ont souvenance de conversations agréables au café du coin avec une personne -gentille, hein ! mais bon… aucun intérêt, professionnel ou personnel (NDLR  : comme c’est le client qui choisit son coach, on a le coach qu’on mérite… HEIN ?)

face-palm

Je réponds inlassablement avec mon plus beau sourire Red Lizard* :

« Chaton… Un coach, c’est quelqu’un qui te sort le nez du guidon et les doigts du cul pour que tu puisses sortir par le haut de la situation problématique dans laquelle tu es ».

je-suis-la-reine-dangleterre

Ouais,  chuis coach.

.

* Googlise pas ! C’est juste le nom de mon rouge à lèvres.

L’essuie-glace à regard neuf de Christie VANBREMEERSCH

J’ai rencontré une drôle de fée au réseau MYTHE’ME animé par Vanina, une sacrée fille elle aussi, by the way. Elle s’appelle Christie VANBREMEERSCH et elle m’a offert, à l’occasion d’un exercice où elle a fait montre de pouvoirs surnaturels, une nouvelle définition de la sophrologie. Ô merci, Christie !

La sophrologie, c’est un essuie-glace à regard neuf !

Vous êtes en couple depuis très -trop ?- longtemps et vous pensez tout connaître de la personne qui partage votre quotidien ?
Zip Zip (un coup de sophrologie) et hop ! Vous allez pouvoir regarder cet(te) illustre inconnu(e) de votre oeil neuf (et lubrique, si possible). Et vous voilà à nouveau amoureux ! 

Votre patron, votre actionnaire, vos clients, vos collaborateurs sont de parfaits incompétents, débiles notoires et chieurs congénitaux qui vous rendent la vie impossible ?
Zip Zip et Hop ! Vous allez regarder ces personnes… comme de vrais êtres humains, avec leurs besoins et leurs contraintes, souvent les mêmes que les vôtres mais avec des solutions différentes. Car même les sales cons ont soif d’absolu.

Votre vie privée, votre état de santé sont pourris. Comme le disait si bien John Lennon, vous n’êtes plus que la moitié de l’homme que vous étiez ? Il ne vous reste plus qu’à choisir entre vous laisser mourir sous la couette ou vous enfuir sur une île déserte en attendant que la Terre s’arrête de tourner ?
Zip Zip et Hop ! Regardez vous avec un oeil lucide et bienveillant : vous n’allez tout de même pas gâcher ce qui reste de tout ce corps, tout cet esprit, toute ce qui en vous désire vivre et réaliser vos rêves ?

Proust disait « Le vrai mystère, ce n’est pas toujours de voyager pour voir de nouveaux horizons. Mais de changer notre regard sur ce que nous connaissons déjà ».  (voir l’excellente interview d’Esther PEREL, « Comment entretenir et ranimer le désir »).

Oui, le monde est dur. Et par le pouvoir de notre regard, la vie peut être belle.
Alors n’oubliez pas de la regarder chaque instant avec un oeil neuf et de vous laisser émerveiller, surprendre… comme si chaque fois était une première fois.

Bonne prise de conscience et … prenez soin de vous !