Meilleurs objectifs 2019 !

Il me regarde de ses yeux pétillants et me demande : « Alors, quand on est coach, comment on se fixe des objectifs pour l’année ? » – genre, les cordonniers sont les plus mal chaussés, non ?

Comme je suis au coaching ce que le munster est au plateau de fromages, voici quelques unes de mes convictions bien tranchées quant à la fixation d’objectifs.

1. Les objectifs, c’est comme le Fight Club : on en parle pas.

On a tous en nous quelque chose de Tennessee Picasso. Il aurait dit :

« Quand on sait ce qu’il faut faire et comment le faire, à quoi ça sert de le faire ? »

– Pablo Picasso

Affirmer ses objectifs, les décortiquer en plan d’actions et rendre le tout public fait croire à notre cerveau que vous les avez déjà réalisés.
Du coup, il ne va pas trop se décarcasser pour vous les faire atteindre.
Donc vous avez carrément beaucoup moins de chances de les atteindre.
Donc vous avez carrément beaucoup plus de chances de vous taper la honte en face des gens à qui vous aviez promis de « perdre 20 kg », « arrêter de fumer », »monter ma boîte », « doubler votre chiffre d’affaire », « développer mon business en Chine », etc.
C’est ballot !

Vos objectifs, vous les écrivez sur un bout de papier – histoire d’avoir un peu de recul sur eux et de pouvoir les remettre en cause, les modifier et les adapter au gré des circonstances. Et, telle la vie heureuse, vous les gardez cachés.
A la rigueur, si vous avez vraiment envie de dire vos objectifs à quelqu’un, dites-les à votre coach : à ce moment-là, une partie de son cerveau à lui/elle va pédaler pour que vous atteigniez vos objectifs à vous.

2. Les objectifs, c’est pour les nazes.

« Goals are for losers ».

– Scott Adams

Les champions ne pensent qu’aux processus (systems) à améliorer, pas aux résultats (goals).

Je ne vais pas m’étendre sur ce point, l’auteur de Dilbert sus-cité, en a fait une très bonne présentation (que vous pouvez regarder ci-après).

3. Pas la peine de vouloir quelque chose si vous n’êtes pas d’accord avec vous même

L’alignement, ça vous dit quelque chose ?

C’est quand notre comportement (les trucs visibles que l’on fait) sont en accord avec des trucs moins visibles comme : nos croyances, nos valeurs, notre identité… tous ces trucs qui sont dispatchés dans notre conscient et inconscient comme les pièces des auto-radios dans les voitures (ie : on ne sait pas encore quoi est où, quoi qu’en disent les neuropsychotrucs).
Pas la peine de lorgner sur une Rolex façon Séguela si pour vous le bronzage aux UV et la manucure pour les hommes sont synonymes de ringardise.
Il y aura un « cross purpose« , comme on dit chez les Espagnols, entre votre conscient et votre insconscient.
Et qui est-ce qui gagne TOUJOURS à la fin ? Zorro ET votre inconscient.

Pour changer un comportement (« arrêter de fumer », « facturer ses prestations au juste prix »,…) il faut aligner TOUS les étages de la fusée et mettre en cohérence :

  • votre comportement : C’est souvent à cet étage de la fusée que nous fixons des objectifs. Imaginons que vous souhaitez lire 1 livre par semaine en 2019.
  • votre environnement : pas la peine de vouloir lire 1 livre par semaine si vous n’achetez ou n’empruntez ou téléchargez aucun bouquin ou si vous avez besoin de lunettes mais que vous êtes trop coquet.te pour les mettre,
  • vos compétences et vos capacités : vous voulez lire 1 livre par semaine en y consacrant 30 minutes par jour seulement ? Pas de souci, il vous faudra apprendre une méthode de lecture rapide. (La bonne nouvelle ? ça s’apprend !)
  • vos croyances et vos valeurs: vous pensez que les personnes cultivées sont des môssieu-je-sais-tout insupportables et arrogants ? Or vous êtes quelqu’un de simple et gentil. Vous allez ramer un peu si nous ne vous débarrassez pas ce cette croyance.
  • votre identité : vous êtes l’ingénieur pur jus de la famille et tout le monde trouve normal -et vous en premier !- d’être nul en « Lettres ».

Humm humm.
Et si vous preniez plutôt RDV avec moi ?

4. A la place de me fixer des objectifs, je préfère me fixer une intention.

J’ose vous l’avouer : je suis une bonne grosse burne en fixation d’objectifs personnels (tiens ?! j’ai un problème d’identité, on dirait).

Mais depuis quelques années, j’ai essayé un truc qui marche plutôt bien sur moi.
Voyez comment vous pourriez l’adapter pour vous.

Il s’agit tout simplement de poser EN 1 SEUL MOT la couleur sous laquelle vous allez éclairer votre année et de prendre toutes les décisions de l’année en fonction de cette intention.

En 2018, j’avais posé le mot « ALIGNEMENT » (justement !) et cette étoile du berger m’a guidée vers une pratique professionnelle plus en accord avec moi-même, avec des clients qui me correspondaient mieux. J’ai dit non plus facilement. J’ai nettoyé des croyances à la pelle. La seule chose que j’ai eu à faire a été de me remettre dans mon sillon d’alignement à chaque fois que j’en sortais.

En 2019, je pose l’intention de « FACILITE ». Cette année, je veux de la légèreté, de la simplicité, du flow où tout coule de source dans le sens de la pente -et douce, la pente, s’il vous plaît.

Ce sera mon phare dans la nuit de mes prises de décisions : c’est simple, facile à mettre en oeuvre, easy-peasy, élégant mathématiquement, naturel, évident, les doigts dans le nez ? Alors GO !
Sinon tant pis.
Et fuck le FOMO* !

*FOMO : Fear Of Missing Out. Sentiment de passer à côté de quelque chose après avoir fait un choix ou pris une décision.

Ce que je vous souhaite en 2019 ?

Je vous souhaite de trouver l’intention qui vous guidera et protègera votre temps précieux tout au long de cette nouvelle année.
Et en 1 seul mot, sinon ça va vous brouiller l’écoute de vous-même. (wink, wink !)

Je vous embrasse comme je pense à vous, mes chatons : très fort !