Je suis à la sophrologie ce que le gouda* est au plateau de fromage…

gros sabots sophrologie pilar lopez(*normalement, c’est le munster, mais comme je vais filer une métaphore à la sauce Hollandaise…)

Aujourd’hui, je fais dans la « gros-sabot-logie ».

Les sophrologues se targuent souvent de la douceur de cet outil (c’est vrai !), du doigté qu’il est nécessaire de posséder pour le manipuler (c’est vrai !), de la finesse chirurgicale de ses applications (c’est vrai !), de la délicatesse de l’approche pour les clients (c’est super-vrai !)…

Mais ce sont là les caractéristiques de la sophrologie. Et je ne suis pas mon outil. Je suis celle qui l’utilise. Et de la même manière qu’une main peut caresser ou frapper, la personnalité d’un sophrologue peut vous chatouiller ou vous choquer.

Les sophrologues doivent-ils être aussi subtils que leur méthode ?
J’espère que non, sinon j’ai tout faux.

Je n’envoie pas de bulles d’amour dans l’univers pour régler les problèmes de mes clients, je ne prie pas pour faire « manifester » des miracles au quotidien. Et si certaines de mes pratiques peuvent paraître magiques, j’aurai toujours un cadre théorique ou empirique pour vous en donner une explication. Et quand je ne sais pas ? Et bien je dis « je ne sais pas » et je me réjouis d’avoir à apprendre un truc nouveau.

Mon Unité Centrale a été formatée en Ecole d’Ingénieur.
gros sabots 28 sophrologie pilar lopez

Je n’ai aucun problème de conscience à travailler avec des personnes ou des entreprises qui n’ont pas les mêmes valeurs que moi : la sophrologie ne rend pas bon. Elle rend meilleur. Même un tout petit peu.

Comme le colibri de la fable, je fais ma part.
gros sabots 17 sophrologie pilar lopez

Quand je vous serre la main, je veux que vous puissiez sentir la fermeté de ma poigne et que oui, on va lui faire la peau à votre putain de difficulté. Vous pouvez compter physiquement -donc totalement, selon le principe corps/esprit !- sur moi pour vous y aider.
Quand j’entends « neutralité bienveillante »,  je pense « rayez la mention inutile ».
Je m’exprime souvent en franglais, je dis des gros mots même pendant les visualisations et le nom de code de mon atelier best-seller n’est autre que « foufounes en folies ».

C’est pas encore cette année que je serais la rosière
du village du peuple coach.
gros sabots 26 sophrologie pilar lopez

Je rigole beaucoup. Surtout dans les situations dramatiques et désespérées. Cette légèreté me permet de garder la tête au dessus des flots noirs de votre cambouis pour vous empêcher de vous y noyer . Si la Nature a trouvé un moyen pour peupler d’êtres vivants les zones les plus inhospitalières de la planète, c’est que, malgré tous les bâtons qu’elle nous met dans les roues, il existe forcément une solution (si ce n’est plusieurs) qui permet de contourner toutes les contraintes de la Vie à cet instant T. Je suis l’organique, je matérialise votre plus basique instinct de survie.

Mon rire fait pousser des fleurs sur des tas de fumier.
gros sabots 25 sophrologie pilar lopez

Je ne suis pas une puriste orthodoxe : en dehors de la sophrologie, je pratique d’autres outils. Si notre séance ressemble à de la sophrologie, sent comme la sophrologie, à le goût de la sophrologie, vous venez peut-être de cheminer selon des principes de la Gestalt, de l’Analyse Transactionnelle, de la PNL, d’Hypnose, d’Approche Paradoxale, de Systémique, de l’EFT, de TIPI ou… de ma série TV préférée, parce que TOUT est source d’inspiration et d’apprentissage pour moi.

gros sabots 12 sophrologie pilar lopez gros sabots 7 sabot de vénus sophrologie pilar lopez gros sabots 9 sophrologie pilar lopez

Et quand rien ne marche, il me reste ENCORE un dernier recours : une bonne tasse de thé et des macarons au caramel au beurre salé.

gros sabots 6 sabot de vénus sophrologie pilar lopez gros sabots 8 sophrologie pilar lopez

Et si ça ne marche toujours pas, il me reste une cohorte de collègues compétents vers qui vous adresser et avec qui j’ai le bonheur de partager des outils et des convictions.

gros sabots 10 sophrologie pilar lopez
TOUTES les méthodes sont bonnes, même si AUCUNE n’est LA bonne.

« Whatever works » est mon deuxième prénom.

Je dépense trop en formation et supervision pour me permettre des incursions sauvages dans votre inconscient. J’ai juré mon serment personnel d’Hyppocrate remixé Commando :  « surtout ne pas nuire + s’instruire pour servir + irréprochable et joyeux + quoiqu’il advienne, je fais de mon mieux » .
J’ai aussi arrêté de me branler la quéquette à 10 000 pieds pour savoir si j’étais coach ou consultante ou formatrice ou thérapeute ou psy-praticienne ou sophrologue.

Je pratique avec art le Kama-Sutra de la relation d’aide :
je me débrouille pour avoir la bonne posture au bon moment.
gros sabots 27 sophrologie pilar lopez

Y’a pas de honte à résoudre un problème en 1 seule séance. Parfois, il suffit juste de vous permettre d’y voir clair et de vous faire constater que vous avez déjà ce qu’il faut pour résoudre vos difficultés,  tout seul comme un grand.
Y’a pas de honte à résoudre un problème en 28 séances et demie. Quand ça n’avance pas, c’est souvent que ça va trop vite.
Certes, je règle mon pas sur le pas de mes clients. Mais je vous avoue que j’ai plutôt un tempérament de sprinteuse que de marathonienne.

J’aime bien les coups vite-faits, bien faits
sous une porte coachère.
gros sabots 20 sophrologie pilar lopez

Passer par le corps, c’est bien. Mais si votre cerveau fonctionne, autant « pô gâcher ». Pour moi, la relaxation, c’est comme les antibiotiques : c’est pas automatique. Et si possible à dose homéopathique  !

Moi, Pilar, la kick-ass coach,
je suis la sophrologue aux gros sabots.

Mes gros sabots, je les envoies dans la gueule de vos problèmes pro ou perso, sur la face Nord de votre vie, dans les nuages qui assombrissent votre ciel.
Pour y faire passer le rayon de soleil qui vous rendra le sourire ou la lueur d’espoir.gros sabots 4 sophrologie pilar lopez

Prenez bien soin de vous.

Advertisements

30 réflexions sur “Je suis à la sophrologie ce que le gouda* est au plateau de fromage…

  1. J’adore le passage ou il est question d’arrêter de se branler la quequette pour savoir si on est coach ou psy ou autre chose
    … On n’a jamais trop de cordes à son arc, pour sûr !

    • Les sophrologues ne sont pas à l’abri du doute : j’ai usé beaucoup d’énergie sur cette question jusqu’au jour où j’ai pris conscience que c’était, en tout cas pour moi, une saloperie de Koan zen insoluble, même dans le saké.

      Quelles sont vos spécialités, toi, multi-talented bioutifoule personne ?

  2. Bonjour Pilar,
    Vous êtes à la sophrologie… ce que devrait être un(e) sophrologue : une personne ouverte, à l’écoute et de ressources.
    Qui vous demande de changer ou de rentrer dans un moule ? Restez soi-même est tellement mieux !

    • Bonjour Sabine,

      Fondons ensemble l’Association Amicale des Amateurs d’Aidants Authentiques !

      En espérant que vous êtes, comme moi, une sophrologue qui aime aussi faire l’andouille.

      Je vous embrasse et vous remercie pour votre commentaire.

  3. Que c’est bon de lire ça !!
    Pourquoi ne pourrait-on pas être bienveillante en rigolant et en sortant des gros mots ? Faut-il avoir des yeux de cocker pour aider l’autre ? Ben moi tout pareil je pense que non !! Merci Pilar, Jolie découverte aujourd’hui grâce à Yael ;-)

    • C’est vrai que je donne peut-être trop d’importance aux sophrologues Peace & Love.

      Merci pour ce nouvel axe de progrès : je n’échappe pas aux projections que j’ai moi-même sur mon métier !

      Un gros bisous aussi à vous.

  4. Je me suis bien marré: enfin une sophrologue qui ne se prend pas au sérieux, qui doute qui rie, qui pleure comme tout le monde sur cette planète!! Merci pour ce rigolo et aussi très réaliste partage!! Bises Luc

    • Chère Anabelle,

      voilà un commentaire qui ensoleille mon coeur : je crois que nous venons d’inventer la conversation à effet « sophro-présence du positif ».

      Belle journée à vous et à toutes les personnes qui vont profiter de votre sourire rayonnant.

  5. Une sophrologue iconoclaste, quel bonheur ! Je suis d’autant plus touchée par cet article que je vis et exerce dans l’autre pays de la sophrologie!
    Plutôt qu’au Gouda ton approche me fait penser au « Old Amsterdamer ». C’est un fromage qui surprend au premier abord par sa force derrière la croûte ronde et l’élégante robe noire et qui donne envie d’en reprendre dés que le goût subtil se défait en bouche. Dans mon plateau de fromage à moi il a bien sa place au milieu des chèvres qui titille les papilles et des croûtes fleuris, il se fait discret auprès des livaros, peut rivaliser avec les Laguioles, et fait la nique aux pâtes molles.
    Merci pour cet article superbement illustré et rempli de formules qui m’enchantent (« Je pratique avec art le Kama-Sutra de la relation d’aide : je me débrouille pour avoir la bonne posture au bon moment »…. j’adore!!! :-))

    • Suti de Batavie,

      je ne sais pas ce qui me plaît le plus en vous : la sophrologue ou la fromage-o-phile. Je prends les deux et vous envoie ma gratitude affinée 6 mois en cave naturelle pour avoir eu le très bon goût d’apprécier mes formules (appelées Pilarderies) et de laisser un commentaire.

      Bisous fondants et/ou gratinés.

  6. Bonjour Pilar

    ça sent l’printemps tout çà ! Perso je préfère le fromage de chèvre, je trouve le gouda un peu fade mais bon, chacun ses goûts :-)

    Quel plaisir de lire cet article où l’on arrête de se prendre le chou sur les termes et sur la façon de faire les choses. Bizarrement, j’ai enfin le sentiment d’habiter cette planète qui est la vôtre et ça me fait un bien fou.
    Vous devriez vous démultiplier Pilar, je sais pas moi…. faire des petits Pilardious ou des petites Pilarettes au gouda, au munster, au fromage de chèvre, on s’en fout pourvu que ça permette à un tas de personnes de s’ouvrir sur une autre façon de voir, d’entendre, de sentir et de goûter.

    Bonne journée à vous Pilar et je vous fais un gros smack printanier sur chaque joue.

    • Patricia,

      vive nous, les sophrologues qui font leur cuisine avec l’envie de la partager et d’en régaler le monde.

      Votre commentaire me donne faim : les pilardious, c’est trop appétissant comme nom.

      Bisous au miel et au romarin sur un pélardon bien chaud, alanguis sur la nappe de pique-nique à carreaux, les orteils caressant l’herbe douce.

      PS : Je me démultiplie « de par le monde » tous les lundis à 12h ! A quand que je vous y vois en vrai ?

    • André,

      Merci ! votre commentaire me fait l’effet d’une Vivance Phronique Isocay n°1 sur mon 1er système.
      Zut, à chaque fois que je chasse mon naturiste caycédien, il revient au bungalow.

      Bisous positivement intentionnels pour vous.

  7. Bonjour Pilar
    J’adore ton humour , reste comme tu es. Notre société a besoin de sortir de cette sinistrose aiguë. … Dans cette negativite aiguë que nous entendons aux infos , toi tu as cette créativité qui nous met en contact avec notre enfant intérieur qui ne se prend pas au sérieux. Où avons nous laissé nos instants de rire et de délire????
    La sophrologie ludique cela fait du bien à nos cellules et neurones….
    Je me détends en te lisant …. J’adore le maroille et les sabots qui font des clins d’oeils…..

    • Chère Coquinette,

      quelque chose dans le choix de votre pseudo me laisse penser que votre enfant intérieur n’est pas momifié sous l’adulte responsable, libre et digne que vous êtes.

      Bisous à votre alias HFL

  8. ça alors je viens de lire mes pensées sur ma pratique avec une clarté et une éloquence que j’envie presque… MERCI je pensais être le dernier des adeptes du gouda chez les Sophrologues / Psy / Coach / Thérapsypraticien…

    • Cher Fabrice,

      merci pour le mot doux. Si vous venez de lire vos pensées avec clarté et éloquence dans ce post, je rajoute de ce pas « mentaliste » et « story-telleuse » comme nouvelles cordes à mon arc.

      Bisous fondus

  9. Alors là, je ne sais que penser quand je lis que la méthode que tu as utilisée d’emblée avec moi (thé ET macarons au caramel) est celle du dernier recours. Bon, enfin, m’en fous, ça a grave marché. SACHEZ-LE, PILAR IS THE BEST. C’est tout.

  10. Même pas besoin de venir vous voir pour aller mieux, suffit de vous lire ! Mais ça ne va pas vous faire vivre! J’adore vos gros sabots d’emblée, merci, c’est inspirant.

  11. Je découvre, je trouve ces échanges intéressant, un article joliment écrit et une sophrologue qui sort du lait, heu… du lot on dirait ! merci pour cette surprise !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s