La sophrologie est un art. Donc je suis, une artiste ! (si, si !)

Artiste au travailD’ailleurs vous aussi, mais en avez-vous seulement conscience ?

Moi qui aime les équations, voici celle qui m’a trotté dans la tête lors du dernier atelier mensuel « Ecrire pour…» qu’animent Anna Piot et Christie Vanbremeersch… 

 ART = 50% de « ce que l’on fait » + 50% de « qui on est »

On a beau être le meilleur technicien de son métier, maîtriser toutes les compétences nécessaires à son exercice, on n’en reste pas moins « humain ». Du coup, notre pratique est teintée dans la masse par notre personnalité.

Je tire de cette équation 6 convictions :

1/ Quoi qu’il arrive, personne n’exercera votre métier comme vous. Si on vous demande ce que vous avez de plus que les autres, n’hésitez pas à répondre « MOI ! ». Le simple fait d’être vous-même est un avantage concurrentiel.

2/ Rien ne sert de développer ses compétences techniques, si on ne développe pas ses compétences « d’être humain ». Rappelez-vous : science et conscience se nourrissent mutuellement. L’une peut grandir sans l’autre, mais la somme sera toujours égale au plus petit facteur (limitant, en l’occurrence).

3/ Il nous faut accepter que nos clients nous choisissent et vous apprécient pour notre personnalité, au même titre qu’on aimerait qu’ils nous apprécient QUE pour nos compétences. Hélas pour les timides, la plaquette commerciale ne peut pas faire « tout le boulot » à notre place…

4/ Pour se reconnaître « bon professionnel », quelle que soit sa branche, on a tout intérêt à aimer ce que l’on fait, mais aussi à s’aimer soi-même. Car quand on change de métier, de poste ou d’entreprise, on change rarement d’identité (à moins d’être comédien professionnel, il faut consulter).

5/ Ce qui peut être vécu comme un grand soulagement « il ne sert à rien de jouer un rôle puisque l’effort à fournir n’aura pas d’efficacité réelle » peut paradoxalement devenir très angoissant : qui peut répondre clairement à la question « qui suis-je ? ».

6/ On a les clients/patrons/collaborateurs qui nous correspondent : pas la peine de leur demander pourquoi ils nous ont choisis, nous sommes exactement ce dont ils ont besoin (et vice-versa) ! Et ces relations vont nourrir qui nous sommes et alimenter nos compétences. Donc « augmenter » la performance de notre art.

Alors à vous tous qui me donnez du feed-back sur la sophrologie telle que je la pratique, sur mon blog, … : MERCI !

Merci de me renvoyer le fait que je suis une sophrologue joyeuse et enthousiaste, à la fois rigoureuse et pleine de fantaisie, qui sait être sérieuse sans se prendre au sérieux. 

Bonne prise de conscience… et prenez soin de vous !

Publicités

Une réflexion sur “La sophrologie est un art. Donc je suis, une artiste ! (si, si !)

  1. Déjà je suis accro à ton écriture, et c’est la pro en moi qui s’exprime, mais quand en plus tu y ajoutes autant de pertinence et de sensibilité c’est juste WAOU Pilar. Bravo sur ce magnifique post que je vais m’empresser de relayer sur mon blog. A bientôt.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s